Liberté de réunion pacifique

Des manifestants dispersés par la police

Le 7 décembre 2021, des dizaines de personnes — des victimes de l'explosion en 2012 d'un dépôt de munitions militaires dans le quartier de Mpila à Brazzaville — ont tenté de manifester pour demander la reconstruction de leurs maisons, détruites par la déflagration. Ils ont été accueillis par des agents de police, qui avaient été déployés en grand nombre. Les agents auraient utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Liberté d'association

Journée internationale des droits de l'homme : les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent les conditions de détention

Le 10 décembre 2021, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, les organisations de défense des droits de l'homme en République du Congo ont dénoncé les mauvaises conditions de détention dans les centres de détention et les commissariats de police. Cette dénonciation fait suite à la mort de six détenus au commissariat central de Brazzaville dans la nuit du 5 novembre 2021. Bien que les autorités aient affirmé que les décès étaient dus à la surpopulation du centre de détention, l'autopsie de quatre des six corps, à la demande d'une organisation de défense des droits de l'homme, a révélé que les personnes décédées avaient été soumises à des actes de torture.

Dans une déclaration à VOA Africa, Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif du Centre d'action pour le développement (CAD), avait commenté les efforts de la société civile pour mettre en lumière les conditions de détention :

« Ça bouge très timidement. Nous avons l’impression de n’être pas écoutés, sinon très peu. Les propositions ne manquent pas, mais le sentiment qui se dégage, c’est que la situation se dégrade de plus en plus. »