RAPPORT: DEUX FOIS PLUS DE PERSONNES VIVENT DANS DES PAYS RÉPRIMÉS PAR RAPPORT À L'ANNÉE DERNIÈRE

Les résultats sont basés sur les données publiées aujourd'hui par le CIVICUS Monitor, une collaboration mondiale de recherche qui évalue et suit le respect des libertés fondamentales dans 196 pays.

Le CIVICUS Monitor a publié aujourd'hui Le pouvoir du peuple attaqué 2019, un nouveau rapport qui montre que les libertés fondamentales d'association, de réunion pacifique et d'expression reculent dans le monde entier. En l'espace d'un an, deux fois plus de personnes vivent dans des pays où ces libertés civiques sont violées: 40% de la population mondiale vit désormais dans des pays réprimés - l'année dernière, ce chiffre était de 19%.

Le rapport, qui s'appuie sur les données du CIVICUS Monitor, une collaboration mondiale en matière de recherche, montre que la société civile est attaquée dans la plupart des pays. En pratique, cela signifie que seuls 3 % de la population mondiale vivent aujourd'hui dans des pays où leurs droits fondamentaux sont en général protégés et respectés - l'année dernière, ce chiffre était de 4%.

2019 a été une année historique pour les mouvements de protestation. Des rues du Soudan à Hong Kong, les gens ont afflué dans les rues pour faire entendre leur voix. Cependant, selon les 536 mises à jour du CIVICUS Monitor, le droit fondamental de réunion pacifique est attaqué dans le monde entier. Dans les faits, au cours de l'année dernière, le CIVICUS Monitor a documenté que 96 pays ont détenu des manifestants, perturbé des marches ou utilisé une force excessive pour empêcher les gens d'exercer pleinement leur droit de réunion pacifique.

"Ces données reflètent l'aggravation de la crise de l'espace civique à travers le monde. Des millions de manifestants sont descendus dans les rues, la réponse des gouvernements a été la répression plutôt que le dialogue", a déclaré Marianna Belalba Barreto, responsable de la recherche sur l'espace civique à CIVICUS. "Cependant, le fait que tant de militants aient eu le courage d'élever la voix montre la résilience de la société civile face à une répression brutale".

Neuf pays ont modifié leur classement dans l'espace civique : sept pays ont été déclassés et deux seulement ont amélioré leur classement. Des signes inquiétants pour l'espace civique sont enregistrés en Asie-Pacifique, où trois pays ont baissé leur note : l'Australie, l'Inde et le Brunei. Le déclin des droits démocratiques et civiques en Europe est de plus en plus préoccupant, Malte ayant également vu sa note baisser. Parmi les autres pays figurant sur la diapositive figurent le Nigeria, les Comores et Madagascar.

Le pouvoir du peuple attaqué 2019 fournit également une analyse des types de violations les plus fréquemment enregistrées par le CIVICUS Monitor au cours de l'année écoulée. Au niveau mondial, la censure est la violation la plus courante, se produisant dans 178 pays. Du blocage des sites web et des réseaux sociaux à l'interdiction des programmes télévisés, les gouvernements du monde entier se donnent beaucoup de mal pour contrôler le discours public et supprimer la liberté d'expression. Parmi les autres violations les plus courantes, on peut citer:

Des points positifs apparaissent, puisque la Moldavie et la République dominicaine ont toutes deux amélioré leur classement l'année dernière. La République dominicaine est passée de la catégorie "obstruée" à la catégorie " rétrécie " après que la société civile ait réussi à contester et à renverser des lois restrictives ; ces lois concernaient des cas de diffamation et des amendements constitutionnels qui allongeraient les mandats présidentiels.

Plus de vingt organisations collaborent avec le CIVICUS Monitor afin de fournir une base de preuves pour l'action visant à améliorer l'espace civique sur tous les continents. Le Monitor a publié plus de 536 mises à jour de l'espace civique au cours de l'année dernière, qui sont analysées dans Le pouvoir du peuple attaqué 2019. L'espace civique dans 196 pays est classé comme étant soit fermé, soit réprimé, soit obstrué, soit rétréci, soit ouvert, selon une méthodologie qui combine plusieurs sources de données sur les libertés d'association, de réunion pacifique et d'expression.


Pour plus d’informations ou pour organiser un entretien, merci de nous contacter à : media@civicus.org