CHAD PRESS RELEASE

Chad added to human rights watchlist as government severely restricts fundamental freedoms

Johannesburg, 23 June 2021

  • At least 16 killed in protests to demand a return to civilian rule
  • Human rights defenders frequently subjected to arrests and prosecution
  • Regular disruption to the access to internet and social media

Chad has been added to a watchlist of countries that have seen a recent and rapid decline in fundamental civic freedoms. Recent violations include the repression of protests, the disruption of internet access and social media and the arbitrary arrest of human rights defenders.

The new watchlist is released by the CIVICUS Monitor, an online platform that tracks the latest developments to civic freedoms, including the freedoms of expression, association and peaceful assembly, in 196 countries.

There are longstanding restrictions to freedom of speech and the right to freedom of assembly in Chad. However, in the run-up to the presidential elections, which took place on 11th April 2021, and following the military takeover which ensued after the death of President Idriss Déby Itno on 20th April 2021, violations increased at an alarming pace.

Authorities banned protests and security forces repeatedly used excessive force to disperse peaceful protesters. At least 16 people were killed and over 700 people arrested in protests, organised by a coalition of civil society actors and opposition groups, Wakit Tama, to demand a return to civilian rule between 27th April and 19th May 2021 in Chad’s capital N’Djamena, and Moundou.

Additionally, human rights defenders and journalists have regularly been subjected to arbitrary arrests and prosecution. On 18th February 2021, a Criminal Court  sentenced Baradine Berdei Targuio, the president of Organisation Tchadienne des Droits Humains (Chadian Organisation of Human Rights) to three years in prison for ‘violation of the constitutional order’. He was arrested in January 2020 in relation to a Facebook post commenting on the health of the president. He has recently been released from prison.

The CIVICUS Monitor is concerned about the authorities’ regular use of internet restrictions to quell dissent. Between the last presidential elections in 2016 and 2021, access to internet and social media was disrupted for over 900 days. Additionally, Chad’s national media regulator routinely suspends or sanctions media outlets.

In the coming weeks and months, the CIVICUS Monitor will closely track developments in Chad and raise our concerns to the United Nations Human Rights Council, which will hold its 47th Session from 21 June to 13 July 2021 Geneva, Switzerland. 

Togo is currently rated REPRESSED by the CIVICUS Monitor. There are a total of 45 countries in the world with this rating (see all). This rating is typically given to countries where civic space is heavily contested by power holders, who impose a combination of legal and practical restrictions which make it difficult for people to enjoy their full democratic rights (see full description of ratings).

DOWNLOAD FULL COUNTRY RESEARCH BRIEF


For more details, or to arrange an interview, please contact:

Ine Van Severen, West Africa Civic Space Researcher for CIVICUS

ine.vanseveren@civicus.org and media@civicus.org.


FRANÇAIS

Le Tchad est ajouté à la liste des pays à surveiller en matière de droits humains, compte tenu des restrictions sévères imposées aux droits fondamentaux par le gouvernement

Johannesburg, 23 juin 2021

  • Au moins 16 personnes ont été tuées lors de manifestations visant à réclamer le retour à l’État de droit.
  • Les défenseurs des droits humains font fréquemment l'objet d'arrestations et de poursuites.
  • L’accès à Internet et aux réseaux sociaux est régulièrement perturbé.

Le Tchad a été ajouté à une liste de surveillance des pays qui ont connu un déclin récent et rapide des libertés civiques fondamentales. Les violations récentes comprennent la répression des manifestations, la perturbation de l'accès à Internet et aux réseaux sociaux et l'arrestation arbitraire de défenseurs des droits humains.

Cette nouvelle liste de surveillance est publiée par le CIVICUS Monitor, une plateforme en ligne qui suit les derniers évènements en matière de libertés civiques, notamment les libertés d'expression, d'association et de réunion pacifique, dans 196 pays.

Il existe depuis longtemps des restrictions à la liberté d'expression et au droit à la liberté de réunion au Tchad. Cependant, à l'approche des élections présidentielles, qui ont eu lieu le 11 avril 2021, et à la suite du coup d'État militaire qui a suivi la mort du président Idriss Déby Itno le 20 avril 2021, les violations ont augmenté à un rythme alarmant.

Les autorités ont interdit les manifestations et les forces de sécurité ont fait un usage excessif de la force à plusieurs reprises pour disperser les manifestants pacifiques. Entre le 27 avril et le 19 mai 2021, au moins 16 personnes ont été tuées et plus de 700 arrêtées lors de manifestations organisées par une coalition d'acteurs de la société civile et de groupes d'opposition, Wakit Tama, pour réclamer le retour à un régime civil à N'Djamena, la capitale du Tchad, et à Moundou.

En outre, les défenseurs des droits humains et les journalistes ont régulièrement fait l'objet d'arrestations et de poursuites arbitraires. Le 18 février 2021, un tribunal pénal a condamné Baradine Berdei Targuio, président de l'Organisation tchadienne des droits humains, à trois ans de prison pour « violation de l'ordre constitutionnel ». Il a été arrêté en janvier 2020 à la suite d'un post sur Facebook commentant la santé du président. Il a récemment été libéré de prison.

Le CIVICUS Monitor s'inquiète du recours régulier des autorités aux restrictions à l’utilisation d’Internet pour réprimer la dissidence. Entre les dernières élections présidentielles de 2016 et 2021, l'accès à Internet et aux réseaux sociaux a été perturbé pendant plus de 900 jours. En outre, l’organisme national de réglementation des médias du Tchad suspend ou sanctionne régulièrement des médias.

Dans les semaines et les mois à venir, le CIVICUS Monitor suivra de près l'évolution de la situation au Tchad et fera part de nos préoccupations au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, qui tiendra sa 47e session du 21 juin au 13 juillet 2021 à Genève, en Suisse.

Le CIVICUS Monitor vient de classer le Tchad comme RÉPRIMÉ. Au total, 45 pays sont inscrits dans cette catégorie (voir tous). Ce classement est généralement attribué aux pays où l'espace civique est fortement contesté par les détenteurs du pouvoir, qui imposent une combinaison de restrictions juridiques et pratiques qui empêchent les populations de jouir pleinement de leurs droits démocratiques ( voir la description complète des évaluations).

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT DE RECHERCHE


Pour plus d'informations ou pour organiser une entrevue, veuillez écrire à : media@civicus.org